9, Avenue Kasongo (Bâtiment CIMS), Bukavu- RDC
+243 824327986
prince@jpddh.org

Bunyakiri : 15 journalistes formés sur la couverture apaisée et le journalisme sensible aux conflits en période électorale

Journalistes pour la Promotion de la Démocratie et des Droits Humains

Bunyakiri : 15 journalistes formés sur la couverture apaisée et le journalisme sensible aux conflits en période électorale

15 journalistes des radio communautaires du territoire de Kalehe se sont rencontrés durant deux jours dans la salle de conférence de l’hotèl  Fleur de Lys à bulambika à 75 kilometres au sud ouest de la ville de Bukavu. Ils ont échangés sur la couverture apaisée  et le journalisme sensible aux conflits en période électorale.  

C’est grâce à l’initiative de l’organisation journalistes pour la promotion de la démocratie et des droits humains, JPDDH dans son projet d’appui aux médias du Sud-Kivu pour la consolidation de la démocratie en RDC que cette formation a eu lieu. Ce projet est financé par l’organisation américaine NED.

Au cours de la formation, le formateur a fait comprendre que le journaliste  a un rôle capital entre les élus et les électeurs. Ils doivent donc être les veilleurs de la communauté, leurs éducateurs. Ils sont les prémières cibles des hommes politiques. Ceci étant, doivent  être  prudent car  il n’ya pas de démocratie  sans une presse indépendante. « Il est donc un arbitre et prône le bien de vivre ensemble tout en guidant sa communauté dans le but de ne pas tomber dans les erreurs du passées », a conseillé le formateur Justin Nkumbarhi.

Les participants, journalistes de leur état, ont loué l’initiative car selon eux, ils attendaient cette formation dépuis longtemps.  « Je me réjouis de cette initiative de venir nous former ici à Bunyakiri  malgé la distance et le mauvais état de la route. Avec cette formation, nous accepterons plus que les hommes politiques viennent s’injurier dans nos radios », nous a fait savoir Gédeon Maele, journaliste à la radio communutaire Bunyakiri.

Ils n’ont pas caché leur sentiment d’insatisfaction suite à la durée de la formation. Les participants ont  demandés qu’au lieu de deux jours, la formation fasse cinq. « la matière était intéressante et  édifiante mais le temps était insuffisant », regrette  Koko Matabaro journaliste à la radio commuanutaire Hombo.

Après les deux jours de formation, un club de presse des journalistes de Bunyakiri a été crée. Il aura pour mission de travailler en synergie entre journalistes en période électorale et un cadre d’échange entre ces derniers car avant cette rencontre, ils travaillaient dans la mésentente nous a fait savoir  André Luvire, journaliste de la radio Buuma FM.

Théophile Ombeni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *