9, Avenue Kasongo (Bâtiment CIMS), Bukavu- RDC
+243 824327986
prince@jpddh.org

Journée de la liberté de la presse: Prince Murhula déplore le non respect de la liberté de la presse en RDC

Journalistes pour la Promotion de la Démocratie et des Droits Humains

Journée de la liberté de la presse: Prince Murhula déplore le non respect de la liberté de la presse en RDC

La journée du 03 Mai de chaque année, reste une opportunité de promouvoir la liberté de presse et l’indépendance des professionnels des médias. Profitant de cette occasion l’organisation Journaliste pour la promotion de la démocratie et de droits humains (JPDDH), dresse un état de lieu de la liberté de presse dans la province. Dans cet article le coordonnateur de cette organisation JPDDH, Prince Murhula donne certaines recommandations aux autorités, aux responsables des médias et aux journalistes pour améliorer la qualité de leur travail.

jambordc.info : Quel état de lieu faîtes-vous de la liberté de la presse dans la province du Sud-Kivu ? 

Prince Murhula : Nous pouvons dire qu’il y a eu quelques évolutions. Depuis un certain temps nous sentons que les choses sont en train de changer mais il y a encore beaucoup à faire. Le pays reste sous un régime où la presse n’a pas encore toute sa liberté d’expression. Nous espérons que la province du Sud-Kivu avec ce nouveau gouvernement, va connaître aussi des nouveaux progrès. C’est une province qui a connu l’assassinat de plusieurs journalistes, une province où les journalistes continuent à travailler dans beaucoup des difficultés et où l’accès aux sources d’information reste un problème. Tout ça mérite d’être améliorer.

jambordc.info : quel sens accordez-vous à cette journée de la liberté de la presse ?

Prince Murhula : C’est une journée de rappel. Mon appel s’adresse à tout le monde, qu’il faut respecter le travail de la presse. Ils font un travail important pour l’émergence de l’état de droit, de la démocratie et l’information de citoyens sur leur vécu même. Museler la presse c’est museler l’information. C’est priver la population de leur droit. En plus cette journée vient rappeler à tout le monde qu’il faut respecter le travail de journalistes, respecter le travail des médias et encourager les journalistes à travailler dans toute indépendance. Et surtout aux journalistes, de ne pas se laisser manipuler, réclamer votre droit, réclamer votre indépendance.

jambordc.info : quel message de la fin à cette journée où les professionnels des médias célèbrent la liberté de la presse ?

Prince Murhula : à nos lecteurs et spectateurs audiovisuels, nous sommes très heureux de savoir qu’ils sont trop nombreux. Cette journée doit être prise avec sérieux car les journalistes jouent un rôle important dans la communauté. Tous les lecteurs, je vous demande d’accompagner nos médias, d’accompagner les journalistes dans leur travail qui ne pas du tout facile. Le journaliste ne doit pas être pris pour cible. Quand il y a un conflit entre deux groupes, le journaliste est là pour apporter ce qui se passe et ne fait pas parti du conflit. Et donc arrêtez de prendre le journaliste pour cible. Approchez-le, accompagnez-le. Et donc nous journalistes nous sommes heureux de vous avoir à nos côtes.

Rachel Rugarabura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *